Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Pages

Publié par René Mettey

Nietzsche !


Nietzsche qui méprisait le christianisme, religion des faibles et des tièdes , religion de la soumission au Mal que l'on favorise à n'oser l'affronter ("tends l'autre joue", "pardonne 77 fois 7 fois").
Sarathoustra répondant in peto au sage "ce vieillard ´ne sait-il pas que Dieu est mort !"
Oui, dit-il, Dieu est mort, mais pour ajouter tout aussitôt  : et c'est nous qui l'avons tué  !

Quelques années plus tard seulement l'évêque anglican Robinson, le pasteur germano-americain Paul Tillich et surtout le pasteur luthérien allemand Dietrich Bonhoeffer formuleront la "théologie de la mort de Dieu" !
Surtout Bonhoeffer, témoin de l'installation du nazisme, de la création des camps de concentration ,  de l'euthanasie des handicapés, interprétera le cri du Christ "Eli, Eli, Lama Sabactani" comme une exclamation, une affirmation : l'homme a chuté en acquérant la conscience du bien et du mal, il est devenu maître et libre de sa conduite, Dieu s'est retiré de sa création. "Il est mort".
À nous d'agir.
Et Bonhoeffer de s'engager dans l'action, déclarant : "quand un fou traverse Berlin en voiture en écrasant le plus de monde possible , le rôle du pasteur est-il de se pencher sur les mourants pour les réconforter ou de sauter sur le marche-pieds et d'arracher le volant des mains de ce  fou?
Il participa au complot de von Staufenberg contre Hitler et mourrut pendu.

Nietzsche participe de ce mouvement et l'anticipe. Il constate la malignité de l'homme. Il veut dépasser l'homme et en dégager le surhomme. Ce surhomme n'est pas Superman, il ne s'agit pas de développer ses capacités physiques, intellectuelles et morales, mais de le pousser à descendre en soi pour en exalter la quintessence, comme le chrétien veut rétablir homme originel.
"Gnoti seoton" des Grecs.
VITRIOL des alchimistes et des francs-maçons  : veni interiora terrae, et, rectificando, inventa opera  (occulta) lapidem. Descends à l'intérieur de la terre (en toi, au plus profond de tes entrailles, dans la grotte de la matrice primitive ), en distillant ( l'alambic primitif, " la colonne à rectifier") découvre la pierre cachée, de l'œuvre (du grand oeuvre, cette pierre philosophale qui transforme le vil plomb humain en or).

Oui, Nietzsche se désole, se torture de la méchanceté , de la bassesse
constitutionnelle de l'être humain, ce pêché originel du chrétien,  du silence et de l'inaction de ce Dieu qui est mort.
Nietzsche constate l'impossibité de changer cette humanité et forcer ce Dieu à l'action, et se réfugie dans la mutité les dernières années de sa vie.
Et comment interpréter autrement son dernier acte avant de sombrer corps et âme dans la folie, cette embrassade en enserrant le cou d'un cheval de fiacre que son maître maltraitait ? Il  ne s'en est pas pris au cocher, sachant que ç'eût été inutile, car on ne peut changer l'homme. Il a souffert avec l'animal souffrant , comme le Christ a pris la souffrance des hommes, pour aboutir à Eli, Eli, lama  sabactani.

Oui , Nietzsche est l'archétype du héros chrétien. Malgré qu'on en ait. Malgré qu'il en eut!

Saint-Raphaël novembre 2016