Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par René Mettey

N'étant pourtant pas un adepte forcené de l'ésotérisme, force m'est de constater que la conscience humaine possède une étendue immense, voire éternelle si on considère ce terme comme synonyme d'hors du temps et de l'espace.

Comme je le remarque dans mon ouvrage sur le champ de conscience, l'endroit où est apparu en Afrique de l'Est le premier Homo est dans la vallée de l'Omo !

Pourquoi les Africains actuels ont-ils choisi en leur langage non indo-européen ce mot pour nommer leur rivière, en cet endroit où est né l'Homo, terme indo-européen ? Et comment ces Africains ont-ils accédé aux connaissances anthropologiques bien avant que les Européens les aient formulées ? Accès à ces fameuses, et non prouvables, archives akashiques, à l'inconscient collectif jungien, au "champ de conscience" ? Synchronicité ?

Des universitaires chercheurs en botanique paléontologique ont récemment (Sciences et Vie octobre 2017, p.70) mis en évidence la forme de la première fleur apparue sur Terre : elle ressemblait fort à ... un lotus ! Immédiatement résonne en nous le mantra bouddhique majeur : "ôm mani padme aum", censé représenter toute chose, celui qui doit, par sa répétition prosodique,  nous amener au nirvana  -connaissance suprême, accès  à l'essence de l'Univers-. "oh le joyau dans le coeur du ... lotus". 

De manière plus anecdotique mais  plaisante, la plus ancienne famille noble de France est la famille des Mortemart-Rochechouart. Elle résulte de l'acte de mariage entre le fils du sire de Mortemart et de la fille du sire de Rochechouart, en actuelle Haute Vienne. Le fief de Mortemart ("morte mer") se situe sur l'emplacement d'une mer qui a disparu. Le fief de Rochechouart (une roche "y avait chu") sur un impact d'astéroïde, comme l'a montré la géologie moderne. Deux événements qui se sont passés, au secondaire pour l'un, il y a 600 millions d'années pour l'autre. Donc bien avant les ancêtres des ancêtres de l'Homo sapiens et des paysans charentais du Moyen-Âge ! Comment ceux-ci l'ont-ils su ? 

NB : on pourra objecter que la "mer" en cause pouvait être un simple étang qui s'est asséché au Moyen-âge. Certes, mais pourquoi ne pas avoir nommé cet endroit "mortes eaux" (ou aigues mortes),  "l'étang sec", comme on le trouve en onomastique ailleurs ? Quant à la roche chue, il a pu s'agir d'un simple rocher qui est tombé d'une colline (mais en écrasant un quidam, manant ou nobliau pour que cette chute ait marqué les esprits..).  Mais pourquoi en cet endroit impact d'un astéroïde, bien des rocs ont chuté ailleurs ! Dans les deux cas, l'inconscient a dû orienter la dénomination !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article