Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par René Mettey

Voici certes un lourd pavé (502 pages !), publié par Albin Michel, un peu pénible à ingurgiter, retraçant l'histoire de l'humanité,mais qui, en dehors de son ambition d'interprêter le sens de l'Histoire, reste indispensable à lire.

En effet l'auteur met en lumière trois faits habituellement passés sous silence, voire non vus ou compris par les historiens, anthropologues, philosophes !

La révolution cognitive, survenue au début de l'apparition de Sapiens, où celui-ci se met à analyser son esprit et par là-même le monde, d'où une suprématie sur toute autre espèce, humaine (Neandertal, Denisova, Flores), pré-humaine et leurs éventuels descendants, animale.
Cette révolution cognitive donne à Sapiens une capacité sociale et technique explosive. L'auteur n'en donne pas l'explication, mais en généticien une mutation me semble évidente.

La révolution agraire, avec la naissance de l'agriculture, qui va entraîner l'explosion démographique et ainsi la naissance de sociétés organisées. Et l'auteur met en évidence que cette révolution a été néfaste, mais hélas impossible à éviter. Néfaste car induisant la hiérarchie, l'oppression sociale,le travail forcé, la dégradation de la santé générale ! [et effectivement les restes de l'homme du paléolithique montrent qu'ils étaient plus grands, vivaient plus vieux et en bien meilleures santé que leurs successeurs]

Et enfin et surtout que l'Histoire n'a aucune conscience ni but, et que la plupart des évolutions et révolutions n'ont jamais apporté de conséquences heureuses pour l'Homme ! Et, pire, que la suprématie de Sapiens a été une augmentation de souffrance pour les autres espèces animales !

C'est sur cette constatation bien pessimiste que Yval Noah Harari nous enjoint de sauver Sapiens, dont l'avenir est bien compromis, même s'il va dans les étoiles, où des civilisations plus évoluées peut-être hostiles nous attendent.


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article