Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par René Mettey

Ce matin du 21 Novembre 2013 une passe d'armes opposa sur Europe 1 un défenseur des animaux à l'occasion de la journée "contre le foie gras de canard et d'oie" et un gastronome, Petitrenaud.

Comme d'habitude les vrais questions de fond ne furent pas abordées, et comme d'habitude les adversaires ne furent pas capables de parvenir à une position médiane." In medio veritas!", "la voie du juste milieu" asiatique!

Le défenseur, partant de l'idée qu'un palmipède est un être sensible,  en déduisait qu'il fallait interdire les élevages industriels de canards, proposition acceptable, mais allait jusqu'à vouloir interdire tout gavage, même avec ces techniques pourtant peu douloureuses du gavage à la main. Il notait aussi que seuls les canards mâles produisaient un foie acceptable, et que les canards femelles étaient éliminés par la technique effroyable du broyage.

Petitrenaud, pourtant d'habitude si sympathique, et conforté par des auditeurs, invoqua "la tradition". Et, s'énervant, d'en conclure qu'il nous faudrait alors abandonner tout élevage et abattage, de poulets (oubliant au passage que ce sont les poussoins mâles qui sont broyés), de bovins, de moutons, et devenir végétariens. Il nous fallait de même abandonner toute gastronomie, relevant que dans la carpe à la juive celle-ci doit être ébouillantée vivante (oubliant le homard et la langouste). Quelques auditeurs le confortèrent et s'enervèrent d'autant!

Cette notion de "tradition" est une stupidité : sans aller aussi loin qu'un auditeur qui disait qu'on pourrait alors revenir aux sacrifices humains, car ceux-ci ont disparu, on peut relever qu'évoquer  la tradition "ininterrompue" permet les tortures en public de taureaux, la mise à mort sadique de bovins, caprins, poules en Espagne, les combats de coqs en France, et pourquoi pas l'excision et l'infibulation des filles en Afrique!

Car la vraie question est là : si on interdit l'élevage et le gavage des palmipèdes, surtout en industrie, quid de l'abattage Casher et Halal, autrement barbare et cause de souffrance indicible chez des animaux doués de sensibililté et d'une certaine cosncience? Il y a des sujets qui fâchent. Il y a des communautés qu'il ne faut pas stigmatiser. Les bons gastronomes franchouillards n'en faisant pas partie...

Et quid, au nom de la tradition, de l'excision et de l'infibulation, sujets sur lesquels l'ONU, l'UNESCO, la Ligue internationale des droits de l'homme (et de la femme?)  se gardent d'intervenir...

Le courage est bien la chose au monde la moins partagée... la modération aussi.

 

 

Note : afin de prévenir toute injure et polémique et de ne pas me faire attribuer des pensées que je n'ai pas, voici mes positions:

Sur ce sujet, mineur, du foie gras, interdire tout élevage et gavage industriel. Permettre l'élevage artisanal en champs ouverts, proposer en quantité illimitée des cérales au canard, qui, en bon animal hédoniste, se nourira en excès : le foie sera certes moins gras et pesant, mais on peut s'en accomoder. Des foies de ce types ont été produits et appréciés des gourmets.

Interdire formellemnt l'abattage d'animaux sans étourdissement préalable -et interdire toute importation de viande Halal et Casher-. L'électronarcose se pratique sans problème pour le porc.

Interdire tout ébouillantement de carpe, homard, langouste, sans avoir au prélable tranpercé le cerveau au couteau.

Quant à l'excision et l'infibulation, travailler sans relâche auprès des pays qui la pratiquent. Deux étas africains ont déjà d'eux-même entrepris, avec succès, cette lutte.

Pour l'état de conscience et de sensibilité des différents animaux, se reporter aux "pages" de ce même site sur la conscience ("apparition de la conscience" en particulier).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article