Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Pages

 

II MENS SANA.

 

Comment fonctionne le cerveau.

 

1/ Fonctionnement « mécanique » et « électronique ».

         Le cerveau est un réseau infiniment complexe. Il fonctionne en réseaux interconnectés. Le nombre de neurones (100 milliards, nb d’étoiles dans notre galaxie), le nombre de connexions d’un neurone (10 000). Soit un million de milliards de connexions…

         Image : gare de triage + gare du Nord.

 

         Pb de la conscience (voir www.rene-mettey.fr) et de l’inconscient, du subconscient. (pas de psychanalyse ici…)

         Démonstration : pb de math, de mots croisés, de rappel de noms…

 

         Le cerveau travaille comme un ordinateur. Ce n’est pas que le cerveau soit un ordinateur, c’est que l’ordinateur est fabriqué comme un cerveau : niveaux de symbolisme (langages info), rangements (pb du sommeil) ; mémoire de travail, courte, longue ; …

         La fourmi est imbécile, mais une fourmilière est très intelligente. Le neurone est imbécile (il fonctionne en : a/je suis stable :le courant ne passe pas b/ je me décharge : le courant passe ; soit, en langage binaire, comme un ordinateur : le courant ne passe  pas :0- il passe :1), mais 100 milliards de neurone créent un être suprêmement intelligent…

         L’inconscient est la mémoire longue du disque dur (il engrange les faits (data) et les moyens de les traiter (logiciels), si sous tension (c.à d.  vivant : cerveau irrigué en O2 et glucose), il travaille en permanence. Le subconscient est la mémoire vive, il travaille à court terme. La conscience est… l’écran ?

 

Ce qu’il est.

Les trois cerveaux.

 

2/ Fonctionnement supérieur.

Le fonctionnement intime de notre cerveau dans ses capacités supérieures, la conscience, le raisonnement, les conduites émotionnelles, reste encore largement inexpliqué, et une grande partie le restera toujours.

Cependant, tout le monde est d’accord sur les niveaux de conscience. On peut relever :

-le niveau supérieur, de conscience pure, celui où nous percevons tout parfaitement, avec des idées claires de ce que nous ressentons et une analyse juste de la situation; (mais d’emblée se pose le problème du rêve, état de conscience avec une analyse erronée, sans déceler les anachronismes et invraisemblances, et les « états de consciences modifiés » avec impressions de sortie du corps, visions panoramiques, ralentissement du temps) ;

-l’inconscient, où les mécanismes mentaux sont en action mais dont nous ne rendons pas compte, et le stock des souvenirs.

Cet inconscient est lui-même divisé en plusieurs strates qui se confondent, depuis le subconscient, niveau immédiatement sous-jacent à la conscience, où nous ressentons intuitivement que les souvenirs sont proches de revenir en mémoire, où « nous avons le mot sur la langue », où nous avons l’intuition qu’un raisonnement se déroule, jusqu’à l’inconscient profond, celui des souvenirs enfouis, parce qu’ils sont soit traumatisants, soit participant à ce fond commun des archétypes « d’inconscient collectif » décrit par le philosophe et psychanalyste Carl Jung.

 

Il n’est pas question ici d’aborder la psychanalyse –et d’ailleurs dans ce cours le terme subconscient sera employé dans le sens de la surface de l’inconscient-, mais on peut se persuader que l’inconscient a un fonctionnement autonome, qu’il guide beaucoup de nos comportements et pensées, voire toutes.

Mais nous ne sommes pas son esclave. On peut le construire, le réorienter, l’utiliser, lui commander.

Car il a un mode opératoire assez primaire, comprenant les choses au mot à mot, obéissant aveuglément aux ordres. Nous apprendrons ci-dessous comment utiliser ce « maître et serviteur ».

 

II.1 Acquérir une mémoire fabuleuse.

       Principes de base :

         Premier groupe

-exercer sa mémoire la rend encore plus performante (neurones de l’amygdale -chauffeurs de taxi londoniens, animaux-), soit en mémoire pure, soit par moyens mnémotechniques. (1a)

         -se servir de son inconscient (1b)

(l’inconscient est stupide, mais il obéit aveuglément)

(il associe tout, fait des contrepétries, des approximations) (Freud, Jung, et les rèves)

         -se servir de toutes ses connexions neuronales (1c)

                   motrices, sensitives : (1c) émotionnelles (1d)

 

         Deuxième groupe

         -ce qui est mémorisé l’est pour la vie (2a)

         -c’est la remémorisation qui est difficile (André Migot) (2b)

 

         Troisième groupe

         -avec l’âge, c’est la mémorisation qui devient défaillante : se servir de ce qui a été mémorisé antérieurement (3a)

         -c’est au moment de la mémorisation qu’il faut se préoccuper de la remémorisation (3b)

 

 

Comment

-se souvenir de ce qu’on doit faire.

 

Visualisation et « auditionnement » de l’acte, de l’heure, des circonstances de l’environnement, de ce que l’on doit se rappeler de faire. (3b). Faire des associations, des ordres à dicter au subconscient.

 

-se réveiller à l’heure voulue, ou faire qlq chose à l’heure voulue.

 

-se rappeler où on a rangé ses clefs (ou autres choses) ou tout documents

  (C’est au moment du rangement que l’on doit activer sa mémorisation pr. 3b)

         -se rappeler instantanément et définitivement  les noms et prénoms des personnes

                   association de sens (attn : danger), d’image et de sens (Hélène), de jeux de mots, même illogiques (1b), de chronicité (1b aussi : Chloé et Anaïs)

 

         -apprendre une langue étrangère même « âgé »

S’appuyer sur une langue apprise jeune (2a, 3a) Exemle . italien et latin.

 

 

            Démonstration : les supermémoires (le soviétique)

 

Comment retenir un nombre long (ou une suite de chiffres ou nombre)

 

(les numéros de téléphones, les codes internet ou de portes, les dates, les suites de chiffres. )

 

1/ Découper les nombres complexes en nombres plus petits. et Repérer les dates émotionnelles (1d) (naissance, mariage, changement de  situation, nombre d’enfants…)  1942, 1967, 1992, 2008, 3, 1968 1970 1973 , 11, 811 etc…

 

2/ Découper ces nombres en nombres de deux chiffres : les départements (vide infra), les simples zéro (roulette européenne), doubles zéro (roulette américaine),

les zones téléphoniques (01 à 05, + 06 et 07 portables et 09 ordi))

 

3/Découper en nombres de plusieurs chiffres notables (triple zéro, quadruple zéro, 11/9, 111, 15 16 17 18, 811, 31416 OU 314159 …

 

4/ Trouver une logique interne,

                   une musique interne (les boules de couleur de Fort Boyard)

                   ou les deux (06 81 98 45 38 : 06 8+1 9, 8 encore, 453 (345 décalés) , 8 à nouveau et en terminant. 81984538

                   et en faisant intervenir l’émotionnel

                            (06 33 56 73 87 : 06 33 (Gironde où j’ai fait mes études) 567 (suite logique) 387 (5 + 3 = 8 ?, ou musique) et on retombe sur 7

 

5/ utiliser la géographie (visualiser) + émotionnel.

                   02 56 59 55 29 (Morbihan ->/ Nord ->\ Meuse <-Finistère)

                   5598 (code fax) : "plutôt que dans la Meuse, (55) je préfère être près de Monaco (98)"…

 

6/ Combiner le tout : statistiquement on est obligé d’arriver à un moyen.

                  

 

 

Premier exercice : les départements. (code postal ou INSEE)

         Ne pas vouloir tous les retenir d’emblée.

         Commencer par les dizaines (10 Aube, 20 Corse etc…)

         Retenir les remarquables, parce que tout le monde en parle…

13    29  69 75

les doublons : 11  22  33  44  55  66  77  88  99

les premiers 01  02  03  (Ain, Aisne, Allier)

et les derniers 89  90

si vous êtes parisien, les 91 à 95 ne posent pas de problèmes…

à noter : 96 : rien ; 97 les DOM ;   98 Monaco ; 99 étranger.

Si vous êtes pieds-noir : 91 Alger, 92 Oran, 93 Bone , 96 Sahara

Retenir son département d’habitation ( !) et tous ceux qui l’entourent et ceux dont les voitures circulent plus que les autres (ex : 60 en Idf ; 17 dans le 86)

 

Puis faîtes intervenir les émotions :

Dép où on est né

         Où on a fait ses études, (plusieurs souvent)

         Où on va ou est allé en vacances d’été (06, 83, 40, 07, 29, 22 ? –63…), d’hiver (73, 74, 88 …)

Où on a fait son service, un stage, postulé un poste (entretien d’embauche), où vivent ses frères et sœurs.

 

En s’appuyant sur ces numéros « impossibles à oublier » se servir de l’ordre alphabétique (Aube 10, Aude 11, Aveyron 12, Bouches du Rhône 13) (et d’ailleurs en mémorisant les exceptions connues de tous à cet ordre : 20 anciennement Corse, mais 2A et 2B ; 79 Deux-sèvres, non pas dans les D, mais dans les S ; 9O Territoire de Belfort ; les dép . de la région parisienne, dont les Yvelines 78 (ex Seine et Oise), on doit par extension se souvenir de TOUS les numéros.

 

         Utiliser les suites avec « bas » et « haut » (Rhin, Vienne, Alpes, …), se souvenir des actualités avec les départements qui ont changé « buz » : Côtes du Nord-Côtes d’Armor 22; Basses Alpes-Alpes de Haute Provence 05 etc…)

         D’ailleurs les différents systèmes se renforcent l’un l’autre : si on ne se rappelle plus du 11 dans la série des doublons, on sait qui suit l’Aube dans la série des 10… le 79 dans la série des 9 est aussi une exception à la règle alphabétique..).

         Enfin s’appuyer sur la géographie pour cette extension, et remarquer certaines particularités non voulues : ex. les dép. en 50 se concentrent dans l’Ouest et l’Est de la France, semblant « se renvoyer la balle », et le dernier couronne le tout en sommet du triangle :

 50 Manche;  on part vers l’Est : 51 Marne et 52 Haute-Marne ; on retourne à l’Ouest : 53 Mayenne;  et retour vers l’Est :54 Meurthe et Moselle ; 55 Meuse ; et hop à l’Ouest : 56 Morbihan et encore l’Est : 57 Moselle ; 58 la Nièvre est une petite exception (en dessous et au milieu)  et on finit en haut : 59 Nord !

          

Les moyens mnémotechniques : ont un double avantage :

 

         -ils permettent de se rappeler des nombres et des suites de mots « impossibles à se mémoriser ! »

         -ils font travailler la mémoire et donc rendent la mémoire pure encore plus performante !

         -en les confectionnant soi-même, on ajoute un autre avantage : ils perfectionnent notre Q.I. (capacité de raisonnement, de trouver des associations etc..)

 

Qlq ex :

         -Pi et le « poème »

                   « que j’aime à faire connaître ce nombre utile au sage

                    immortel Archimède, artiste, ingénieur,

                   ton nombre… »

         -les douze nerfs craniens

         --les nerfs et artères traversant le bassin (spi, gps, ampvj).

         -les persos :  -acides aminés essentiels

                                                       

 

Utiliser -les synesthésies : un poème est facile à se rappeler s’il est chanté !

         (ex : ballade des dames du temps jadis et ballade du pendu (Villon)

             les balladins )

         -les associations de sens : visualiser : le pont Mirabeau

         -de petites techniques : ex.le nombre de jours des mois (main)

 

II.2 Comment acquérir des capacités supérieures.

 

Origine : les capacités supérieures étudiées par IRM fonctionnelles.

 

L’IRM fonctionnelle, technique qui met en évidence le fonctionnement intime de notre cerveau, permet d’expliquer certaines particularités.

Ainsi un prodige en calcul mental allemand est capable de réaliser mentalement des calculs d’une effroyable complexité (par exemple trouver la racine treizième d’un nombre de neuf chiffres !), et ceci plus vite qu’un ordinateur. Soumis à cette exploration, on a vu que la zone du calcul mental chez lui était cinq fois plus étendue que chez un sujet normal. Mais il ne s’agit pas d’un reçu génétique, d’une « malformation bénéfique » : chez lui, la zone d’origine s’est étendue à des zones contiguës mais normalement dévolues à d’autres activités. 

Ceci explique la conduite parfois « originale » de certains génies ou le fonctionnement curieux de leur pensée… ainsi que la légendaire distraction des individus « polars ». (Einstein et les noms de médicaments ;  le savant français qui écrivaient sur les côtés des fiacres, se croyant à son tableau noir, d’ailleurs se mouchant avec le chiffon à craie et mettant celui-ci dans sa poche…).

 

Ainsi vous aurez un choix à faire dans la vie :

 

1/ acquérir un don particulier qui vous donnera  une suprématie dans une branche donnée : mathématique, linguistique, physique des particules, philosophie, qui vous donnera une grande satisfaction.

 

Pour cela, concentrez-vous fortement sur une discipline que vous aurez choisie et que vous aimez, ne pensez qu’à elle, visualisez vos zones cérébrales de ces spécialités s’étendant et annexant d’autres zones, couchez-vous en pensant à des problèmes ou sujets de ce type, promenez-vous en n’ayant qu’elles en tête. Mettez à contribution votre subconscient-inconscient : couchez-vous en vous posant un problème fortement, puis « oubliez-le » et  endormez-vous en rêvant à une belle  ballade en un beau paysage et en bonne compagnie : au matin la solution s’imposera d’elle-même. Votre inconscient a travaillé « sans vous » et pendra l’habitude de le faire.

Un mathématicien me disait que lorsqu’il n’arrivait pas à résoudre un problème ardu, il se levait matin, se posait la question fortement, puis partait rue Mouffetard faire son marché : il soupesait les melons, testait la fraîcheur des poissons, discutait avec le boucher et la fleuriste. Revenu chez lui, la solution jaillissait instantanément. Si elle n’arrivait pas, ou que celle-ci ne le satisfaisait pas, il « l’oubliait » à nouveau et se mettait à préparer le repas avec le produit de son marché : en épluchant les légumes, en écaillant les poissons, elle s’imposait alors d’elle-même sans qu’il l'ait sollicitée !

 

N’ayez crainte : l’IRM fonctionnelle a montré que les zones « annexées », si elles perdaient un peu des capacités dévolues primitivement, ne les perdaient pas entièrement! Annexer la zone de coordination visuelle pour le calcul infinitésimal ne vous rendra pas aveugle !

 

Mais attention, cette volonté est au risque de  mettre un peu en sourdine les autres capacités intellectuelles et émotionnelles, et de vous couper un peu de la réalité ou de l’environnement..

 

Le maximum de ce type de fonctionnement cérébral se trouve dans certains autisme : on connaît des individus qui, après avoir vu une seule fois quelques secondes un château,  vont le dessiner sans oublier une gouttière ou une seule vitre ou tuile ; « Rain Man » percevait instantanément le nombre d’allumettes tombées à terre (on ne peut dire qu’il les comptait) et lui aussi calculait plus vite qu’une calculette électronique; un autre donnait le jour de la semaine exact de n’importe quelle date de l’histoire de l’humanité, calendriers julien, grégorien, révolutionnaire, antique compris, en une seconde. Mais l’autiste est enfermé en lui-même.

De même, si Einstein, Poincaré, Goethe, Sartre, et tant d’autres, ont terminé leur vie paisiblement et en pleine possession de leurs moyens, St Thomas d’Aquin (théologien), Nietzsche (philosophe), ont passé leurs quatre dernières années dans le mutisme ; Cantor (mathématicien), Post et Gödel (mathématiciens et logiciens), dans la psychose –pensant qu’on voulait l’empoisonner, ce dernier refusait toute nourriture non donnée par sa femme ou son ami Einstein ; les deux étant décédés, il mourut de faim !-, Turing, le créateur de l’intelligence artificielle et de l’ordinateur, se suicida –certes on lui reprochait son homosexualité, mais Oscar Wilde supporta ces reproches et même la prison sans mettre fin à ses jours-!

 

Mais que ces exemples soient juste un garde-fou : de nombreux exemples contraires peuvent être cités : Pierre et Marie Curie furent tous deux des « polars » uniquement centrés sur la recherche et les découvertes physiques, mais ils eurent ensemble une vie de couple amoureux, et Marie Curie-Slodowska surmonta le chagrin du décès accidentel prématuré de son mari tout en acquérant un second prix Nobel (elle eut le premier avec son mari) tout en ayant une  étroite et chaleureuse relation avec sa famille.

 

Jeux intellectuels pour développer cette capacité : Echecs, jeu de Go, Dames, Sudoku.

Ces exercices font appel uniquement à un raisonnement de tactique et stratégie pures, et à une visualisation d’anticipation.

(le jeu de dame peut paraître simple et moins noble que le jeu d’échecs… A un haut niveau, il est aussi complexe et ardu que le jeu d’échecs, même plus : il ne demande que l’effort de stratégie pure, comme le jeu de GO, débarrassé des déplacements et prises différentes des pièces d’échecs. J’ai assisté au championnat du monde de dames à Toulon en 1993 ; le champion de l’année d’avant –et qui sera celui de cette année-là !- était un jeune… Russe, comme il se doit. Confirmant ce que je prétends pour la technique « polarisée », car dans son pays ces deux jeux sont enseignés dès la maternelle ou le primaire, pendant les huitièmes et quart de finales, il avançait un pion, puis, son adversaire réfléchissant longuement, il se permettait de se tourner vers les autres joueurs et d’analyser leurs parties ! Achetez un manuel de Dames et exercez-vous !).

Le simple jeu du « morpion » est le plus épuré aussi, sans parler du jeu de « L’année dernière à Marienbad »…

 

2/ Acquérir une vaste culture éclectique en vous intéressant à tout et en ne laissant aucun domaine de l’esprit humain étranger, en ne laissant aucune zone de votre cerveau inemployée. Mais si vous voulez atteindre le niveau d’excellence de la première possibilité, il vous faudra acquérir une culture immense.

Pour cela, intéressez-vous à un domaine donné tout en mettant en corrélation ce que vous apprenez avec les autres domaines de l’esprit. Puis passez à un autre centre d’intérêt étranger au premier tout en croisant à nouveau ce que vous enregistre, et ainsi de suite.

Ainsi, si vous étudiez la musique, emparez-vous de Beethoven, écoutez ses symphonies, décortiquez-les au niveau musicologique, mais sachez que Beethoven vécu à l’époque de la révolution française et des guerres d’Empire. Sa 3ième symphonie , l’ "Héroïque ", devait être dédiée à Bonaparte, mais ce personnage, qu’il pensait vouloir étendre les notions révolutionnaires à l’Europe, le déçut. Dans un premier temps, il ne dédia sa symphonie qu’a « un grand homme », puis plus tard écrivit sa symphonie « la bataille de Vitoria » pour célébrer… la première défaite des armées napoléoniennes par les Anglais, en Espagne, commandés par Wellington!

Ce simple croisement permet de savoir: 1/ quand vécu Beethoven 2/le nom de la première défaite de Napoléon et première victoire de Wellington, et où elle eut lieu !

De même, pour comprendre la 5ième, si pathétique, « le destin », il faut savoir que ce génie de la musique devenait complètement sourd et atteint de terribles acouphènes, et qu’il venait de subir son deuxième grand dépit amoureux.

Ainsi vous acquerrez non seulement un vaste savoir, étendu mais aussi vous connaîtrez chaque sujet en profondeur.

 

Cette voie est conseillée si vous désirez faire une carrière politique, que ce soit en carrière électorale ou gouvernementale ou au service de l’état (que ce soit un ministre en visite dans un état étranger ou un diplomate nommé en ambassade, cela implique que vous connaissiez tout du peuple que vous allez rencontrer : son histoire, l’origine de sa population, son mode de pensée conditionné par sa culture, sa langue, sa religion, sa musique. Il n’est pas nécessaire d’être polyglotte comme Dumézil, mais connaître au moins la structure d’une langue et son mode d’expression).

 

Quelques exemples :

Dans les langues extrême-orientales, le pronom personnel n’existe pas. Le « je » ne correspond à rien. Un Japonais se considère comme le père de ses enfants, le mari de sa femme, l’employé de M. Toyota, le supérieur de ses subordonnés, le sujet de l’empire du soleil levant. De même le Shintoïsme n’a pas la notion de bien et de mal individuel ou de récompense ou punition-rétribution dans l’au-delà. La mort est considérée comme le passage à l’état de kami (esprit) qui s’intègre dans le « monde des kamis ». Les généraux américains s’en sont rendus compte pendant la deuxième guerre mondiale…

Une amie vietnamienne me disait qu’elle s’adressait à sa mère en disant : « mère, ta fille te dit que… » (rappelez-vous le film « Nanouk l’esquimau ». Nanouk parlait de lui en disant « ce chasseur », et sa femme, voulant le quitter, se proposait aux autres hommes par « qui veut de cette femme ? » ).

On ne peut avoir la même manière d’aborder quelqu’un qui se vit comme faisant partie d’un tout que comme un individualiste hédoniste comme l’est l’occidental.

Un diplomate ou un homme d’affaire doit le savoir.

 

Une déconvenue arriva à des hommes d’affaires français venus dans un pays du golfe arabe  pour traiter un contrat dans les environs de Noël. Ne connaissant que superficiellement l’Islam et ne sachant pas que le Coran se réclame des « deux premiers livres » -la Thora et le Nouveau testament- et s’imaginant que les Arabes musulmans ne tenaient pas compte des convictions religieuses des chrétiens, ils acceptèrent des rendez-vous le soir précédant  Noël et le jour de Noël. Comme leurs interlocuteurs leur faisaient remarquer qu’ils ne pourraient pratiquer leurs devoirs religieux en ce jour, et obtenant en réponse que cela importait peu, ceux-ci rompirent les relations en justifiant qu’ils ne voulaient s’engager avec des impies irreligieux !

 

Jeux intellectuels pour développer cette capacité : Mots croisés, Scrabble.

Les mots croisés font intervenir la stratégie de recoupement, la vision synthétique et la lecture horizontale et verticale [efforcez-vous de ne pas remplir tout de suite les mots que vous trouvez pour les remémorer quand vous cherchez un autre qui les recoupe], la mémoire, la déduction. Ils vous exercent à la sémantique en étudiant tous les champs sémantiques d’un mot. Enfin, ils vous obligent à faire appel à l’Histoire, la géographie, l’histoire de l’art, les sciences !!! Ne faîtes appel à un dictionnaire (ou au « Quid ») que tardivement.

Le scrabble exerce les mêmes capacités encyclopédiques, mais en plus l’esprit de stratégie (comme les jeux de damiers) et de calculs…

 

 

N.B. 1/ Il existe une autre « alternative » : être moyen en tout… on peut se satisfaire d’être professeur de physique ou de philosophie du secondaire et peintre du dimanche sans se vouloir un autre Bertrand Russel ou un Monnet ; être conseiller général ou maire de son village et faire du bon pain, sans vouloir être président de la république ni Poilane; être un bon prêtre et ne pas vouloir être le nouveau Thomas d’Aquin ; Achille aurait pu choisir d’être un simple prince local et d’avoir une vie longue et paisible mais sans renommée etc… mais il s’agit ici d’un cours pour un développement maximal de l’être…

         2/ pour utiliser ce cours comme moyen de lutter contre le vieillissement, c’est la deuxième option qu’il faut choisir. Il faut utiliser tous les champs fonctionnels de votre cerveau, à moins que vous ne soyez un mathématicien, physicien, philosophe qui veuille produire jusqu’à un âge extrême, en ce cas vous resterez sur l’option première.

 

 

II.3 Savoir se servir de son cerveau ! Un raisonnement juste.

 

       le Non sequitur !

         Ex : le grand ponte de cardiologie et l’alcool.

         « tête d’âne n’a jamais pelé »

 

         Ce n’est pas parce qu’un phénomène peut être reproduit par une méthode donnée qu’il s’est produit ainsi !

 

         La sémantique générale de Korzybsky.

         La carte n’est pas le terrain (Kant)

 

Savoir éviter la dépression, la tristesse chronique.

 

 

 

II.4 Comment prendre une résolution en commandant à votre subconscient.

 

   La méthode Coué : pas si farfelue !

 

  N.B. je demande aux lecteurs de m'excuser pour de multiples incohérences de mise en page et de taille de caractères. Ells sont indépendantes de ma volonté: ce site, pleins de bugs sur ce plan, est une véritable catastrophe. Le forum des utilisateurs en témoigne

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :