Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par René Mettey

Abandonner le latin est détruire toute formation à la rigueur intellectuelle. Son apprentissage force à analyser, examiner chaque mot, sur son aspect, sa place dans la phrase. Bref, corriger la nocivité de la méthode globale ! C'est aussi enlever toute compréhension de la structure du français et... rendre difficile l'acquisition de l'italien, de l'espagnol, du portugais etc. ! Bravo pour une réforme qui veut introduire vite une seconde langue dans le cursus !

Il n'est pas nécessaire, sauf pour une petite partie des élèves, d'étudier les textes de manière approfondie, mais au moins une bonne initiation devrait suffire.

L'étude du grec ancien (hormis son introduction au grec moderne !) la nécessité est moins forte, mais au moins ne pas en supprimer la possibilité pour ceux qui le désire ! Pour la majorité, au moins une étude des termes qui ont donné naissance aux radicaux de notre langue !

Et que ne parle pas de vouloir lutter contre les inégalités sociales ! Les parents des classes moyennes et supérieures savent palier lea volonté de nivellement par le bas.

L'allemand, par ses déclinaisons et conjugaisons, par sa construction, par sa rigueur, remplit ce rôle du latin et du grec, et en plus il se parle !

Utilisant une autre langue que l'allemand, Kant, Leibnitz, Heidegger, voire Einstein, n'auraient pas donné naissance à des œuvres aussi fortes.

J'ai fait faire de l'allemand première langue à un de mes fils, et russe, qui lui aussi possède déclinaisons et conjugaisons, et un alphabet particulier, à mon autre fils et à ma fille, pour leur former l'esprit, et... pour couper à la carte scolaire et leur obtenir les meilleurs établissements!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article