Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par René Mettey

   Ce nouvel engouement sur la vie végétale et son éventuelle accession au domaine de la conscience dépasse en ce jour le domaine des chercheurs académiques : en 2015, l'éditeur allemand Ludvig Verlag (München) publie "Das geheime Leben des Baüme. Was sie füllen, wie sir kommunizieren".  De l'aveu même de l'auteur, Peter Wohlleben, les ventes attendues ne dépassaient pas 1 000 exemplaires. En quelques mois, 800 000 furent écoulés pendant que 32 traductions étaient lancées…

   L'édition française "La vie secrète des arbres – ce qu'ils ressentent, comment ils communiquent"[1] - eut un succès identique, justifiant une édition supplémentaires illustrée…

  Cet ouvrage, certes s'appuie sur des publications académiques ("esprit géométrique"), telles que celles citées dans cet opus, mais traduit la vision intuitive et sensible ("esprit de finesse") d'un amoureux des arbres et des forêts, professionnel quand même –il est forestier depuis vingt ans. À relever que, ajoutant aux scientifiques, l'auteur reconnaît aux arbres un goût (op. cit. p.21), une audition (p.25). S'il lui-même reste au niveau de la description "empathique" de phénomènes physico-chimiques, même complexes, tout en évoquant parfois une éventuelle conscience ou intelligence[2], les comptes-rendus dans la presse très souvent franchirent avec enthousiasme ce pas[3], confirmant cette attente de la preuve d'une conscience étendue au monde végétal.

 

Un ouvrage agréable, à lire par les amoureux de la nature, et qui rejoint le chapitre

 sur la conscience du monde végétal de mon ouvrage "le champ de conscience" (à lire sur ce blog).

 

[1] Édition Les Arènes, Paris, 2017

[2] Op. cit. p.96-97 : Les arbres ont un équivalent de nerfs, de cerveau, avec échanges de courants électriques. « En déduire que les racines sont le siège d'une intelligence, d'une aptitude à se souvenir et ressentir des émotions, est vivement critiqué par une majorité d'universitaires [donc pas de tous ! NDR]. Ils contestent le rapprochement avec des animaux. […] Et alors, serait-ce si terrible ? ».

[3] «Un forestier allemand prête aux arbres des caractéristiques humaines ». Anne-Marie Genthlalon, Le Parisien magazine, 24 février 2017.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article