Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Les meurtres de sang froid d'enfants à Toulouse ne peuvent qu'horrifier. Bien au-delà de ce qu'on peut ressentir quand une énième femme est retrouvée assassinée, qu'un car d'enfants broyé dans un tunnel ou consumé sur une autoroute, ou tout autre drame saisissant, tel ces trois ados un peu fofolles écrasées sur une autoroute la nuit.

C'est qu'ici le tueur nous rappelle que certains des êtres que nous côtoyons n'appartiennent pas à l'espèce humaine, voire pas même au monde des mammifères!

La Science moderne nous le confirme, mais les philosophes et penseurs l'ont découvert depuis longtemps, dont Spinoza, un animal ne peut faire de mal à un autre de la même espèce sans répugnance. Ceci inclut quasiment tous les mammifères supérieurs, et l'homme en est un.

Un homme peut tuer par colère, par jalousie, par instinct sexuel refoulé, mais il ne peut faire de mal sans une certaine répugnance en dehors de ces cas. Seuls les vrais déments -schizophrènes en particulier- tuent en toute innocence.

La psychologie moderne démontre de plus que les aspects infantiles inhibent les instincts agressifs*.

Alors ici, qu'un homme tue, de sang froid, en la regardant en face, une petite fille dans une cour d'école, puis deux autres enfants, nous fait ressentir les sommets de l'horreur, car nous  voyons que l'humain a disparu chez ce déviant total.

  Quel qu'il soit et quelque soit ce qui a nourri sa paranoïa, ce qui vient d'arriver est le pendant d'un Norvégien   nourri d'idées d'ultra-droite tuant cent jeunes gens parce qu'ils étaient d'un parti trop favorable aux immigrants, ou de cet immigré d'origine turque nourri à l'ultra-gauche  tuant des dizaines de conseillers municipaux, de ces jeunes américains faisant des carnages dans leurs lycées ou universités!  Un dément trouve toujours des idéologies, ou une catégorie d'humains pour exciter sa rancoeur, et passera à l'acte.

Il ne nous reste qu'à souffrir d'appartenir à l'espèce humaine capable de telles horreurs, à souffrir avec les parents de ces jeunes vies fauchées, et à nous demander quel Créateur a pu être aussi maladroit pour nous créer tels que nous sommes!

 

*Ces travaux de psychologie humaine et animale sont développés dans mon ouvrage "Mon enfant est différent" (Frison-Roche éditeur), en particulier au chapitre "le double réflexe rejet-protection".

 

 

Commenter cet article